Plateforme, Michel Houellebecq

Publié le par Messaline

Plateforme

Quatrième de couverture
« Mon père est mort il y a un an. Je ne crois pas à cette théorie selon laquelle on devient réellement adulte à la mort de ses parents ; on ne devient jamais réellement adulte.

Devant le cercueil du vieillard, des pensées déplaisantes me sont venues. II avait profité de la vie, le vieux salaud ; il s'était démerdé comme un chef. "T'as eu des gosses, mon con... me dis-je avec entrain ; t'as fourré ta grosse bite dans la chatte à ma mère." Enfin j'étais un peu tendu, c'est certain ; ce n'est pas tous les jours qu'on a des morts dans sa famille. J'avais refusé de voir le cadavre. J'ai quarante ans, j'ai déjà eu l'occasion de voir des cadavres ; maintenant, je préfère éviter. C'est ce qui m'a toujours retenu d'acheter un animal domestique.

Je ne me suis pas marié, non plus. J'en ai eu l'occasion, plusieurs fois ; mais à chaque fois j'ai décliné. Pourtant, j'aime bien les femmes. C'est un peu un regret, dans ma vie, le célibat. C'est surtout gênant pour les vacances. Les gens se méfient des hommes seuls en vacances, à partir d'un certain âge : ils supposent chez eux beaucoup d'égoïsme et sans doute un peu de vice ; je ne peux pas leur donner tort,

Plateforme est le troisième roman de Michel Houellebecq. 

*****
*****

Hé bien que dire de ce livre ... 
Je commencerai par dire que malgré le fait que j'aie détesté le premier ("Extension du domaine de la lutte", qui m'a vraiment donné envie de dormir) j'ai adoré celui là. 

Il y a quelques aspects qui font que ce livre est intéressant. 
Tout d'abord, il est très riche en information touristique. Pas seulement le tourisme vu par les touristes, mais vu par ceux qui travaillent dans le tourisme. L'organisation des entreprises de tourisme, de type "Nouvelles Frontières" (d'ailleurs, c'est de celle ci dont il s'agit). Comment réagir face aux demandes des clients, ou face aux problèmes, au manque de rendement ... 

Le personnage Houellebecquien a l'air d'être toujours le même. Michel, 40 ans, fonctionnaire. Un statut qu'il présente comme étant barbant. Le personnage n'aime pas réellement ce qu'il fait, ce qu'il exécute plutot par obligation qu'autre chose. 
Il décide de partir se changer les idées en Thailande, dans un voyage organisé, suite au décès de son père ... Sympathque idée, d'autant plus qu'il est célibataire, et qu'il est bien connu (en tous cas, lui, il sait !!) que la Thailande est un endroit ou on peut trouver facilement des salons de massages ou le massage va bien plus loin ... Disons qu'il y est déjà allé, donc, il connait. 

Lors de ce voyage, il rencontre Valérie. 

Je m'arreterai ici concernant l'histoire. 
Je préfère prévenir les âmes sensibles du fait que dans ce roman (et peut-etre aussi dans "Les particules élémentaires"), que MH ne fait pas dans la dentelle. Le vocabulaire (principalement sur les pratiques sexuelles (parce que si on résume clairement, c'est un roman sur le tourisme sexuel)) est assez cru. 
Mais je pense qu'il est possible, si le lecteur est gené, de faire abstraction de celà pour aprécier le fond du roman.

Publié dans Romans francophones

Commenter cet article

hydromiel 12/09/2007 21:04

Holden, j'ai déjà lu un livre de lui et je n'ai pas aimé.

Holden 10/09/2007 21:35

Encore une fois, je pense que le mieux, c'est quand meme de le lire, plutôt que le juger sur une attitude en plateau télé (ou des polémiques qui l'ont à la fois servi - pour le coup de pub à la sortie de Plateforme - et desservi - pour la réputation qu'il traine depuis) :-)

Messaline 10/09/2007 21:01

Ce matin, dans le métro, y'avait une fille en face de moi qui le lisait !!

hydromiel 10/09/2007 20:48

Je l'ai surtout trouvé terriblement prétentieux et amoureux de lui même.

Lili Kawaii 10/09/2007 10:43

Je suis d'accord avec Holden: on ne peut pas attendre d'un écrivain d'être une bête de talk-show. J'aurais même tendance à y voir une certaine sincérité dans sa maladresse sur les (rares) plateaux de télé qu'il a fréquentés: il excelle dans l'écriture, ça me suffit amplement ;)

Lili K.