Balzac et la petite tailleuse chinoise, Dai Sijie

Publié le par Messaline

Quatrième de couverture : 
« Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l'ouvrîmes silencieusement. À l'intérieur, des piles de livres s'illuminèrent sous notre torche électrique; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts: à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski, et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë... - Quel éblouissement! - Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara : Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde. »
 

*******
*******

Celà fait environ 10 ans que j'ai lu ce livre, et comme ce soir, j'ai regardé le film adapté, j'ai décidé d'en parler un peu. 
Je me rappelle bien de ce roman, car je pense qu'il s'agit d'un des premier livre que j'ai acheté "pour moi". C'est à dire hors contexte scolaire. Et hors collection "bibliothèque verte" :-)
J'avais aimé la couverture ... 

Depuis le temps, j'avais un peu oublié l'histoire. j'avais gardé en mémoire les grandes lignes : dans les années 70, dans la Chine de Mao. Etre un peu intellectuel, savoir lire, c'est être ennemi du peuple. Et pour Luo et le narrateur (dont on ne connait pas le nom), être privés des romans occidentaux est une dure épreuve.  

Lorsqu'ils en trouvent, un peu illégalement certes, c'est pour eux une renaissance. 
Parallèlement à celà, ils font connaissance avec le vieux tailleur du village et surtout sa petite-fille, qui sera baptisée par eux "la petite tailleuse", qui elle, par contre, ne sait pas lire. Ils deviennent amis tous les trois, et les garçons font la lecture à la jeune fille. 

Elle découvre alors Balzac (qu'elle préfère aux autres), Dumas, Hugo, Gogol ...  
Je n'en dirai pas plus pour ne pas dévoiler trop à celles et ceux qui voudraient le lire. 

Vous me direz ... mis à part le fait qu'elle préfère Balzac, on apas l'impression, jusqu'à maintenant que balzac prenne plus de place que Gogol ou Stendhal ou un autre ... 
Mais là, je vous propose de le lire :-)

Pour ce qui est du film, je l'ai trouvé sympa. Mis à part le doublage un peu particulier (bizarre de voir tous ces chinois parler avec des accents du nord est !), j'aurais presque préféré une VOSTfr. Il y a de beaux paysages chinois, et comme c'est une époque que je ne connais pas beaucoup, j'ai appris pas mal de choses sur le quotidien des chinois en 70. 


Publié dans Romans étrangers

Commenter cet article

hydromiel 29/10/2007 11:13

Lu il y a quelques années, j'avais beaucoup aimé moi aussi ce roman.