Autumn, de Philippe Delerm

Publié le par Messaline

Autumn

"Livre-feu, livre-fou, conçu de main de maître, Autumn nous brûle les mains dès les premières pages, en nous entraînant dans le périple insensé des peintres préraphaélites. L'aventure de Dante Gabriel Rossetti avec la belle Elizabeth Siddal ne serait pas ce qu'elle est sans le style de Philippe Delerm. Un style romanesque, cela va sans dire. Mais un style tout de même. À envoûtement du lecteur s'ajoute la magie des mots. Des mots somptueux, issus de l'ultime clarté de ces jours d'automne. Autumn est un vrai roman, avec des personnages qui se déchirent, des visages connus, comme ceux de Swinburne ou de Lewis Carroll. Le déploiement des couleurs s'efface derrière les ténèbres d'un destin en clair-obscur. On se demande, alors, si le te n'est pas le comble de la misère, et si le recours aux radis artificiels ne masque pas d'autres détresses. Philippe Delerm est un voleur de vie, mais comme c'est beau et bien dit !" 


*****
*****


Image:Beata Beatrice.jpg
(Beata Beatrice, par Dante Gabriel Rossetti, 1863)

Voici le premier livre lu du Swap Bibliofolie, offert par Lamousmé. Merci ! ^^

Je ne m'y connais pas beaucoup en peinture. J'ai ainsi pu suivre, entre 1850 et 1869, un groupe de préraphaelites. J'ai été d'ailleurs très surprise de constater que la jeune muse dont il est principalement question dans ce livre n'est autre que celle que j'ai longtemps vue en illustration à un poème de Rimbaud (mon préféré)
Ophélie : 



J'aurais du mal à reformuler une biographie correcte, ainsi, je préfère mettre un lien qui résume pas mal la vie de Dante gabriel Rossetti, liée à celles de Lizzie, et des autres peintres. Seul n'apparait pas dans ce lien le personnage de Ruskin, critique de l'époque, très présent dans le roman de Delerm. 

fr.wikipedia.org/wiki/Dante_Gabriel_Rossetti

Outre l'atmosphère très automnale des couleurs décrites dans le roman, il y a non seulement l'adoration qu'un peintre peut avoir pour son modèle (Dante était fasciné par la beauté d'Elizabeth), les tensions qu'il peut y avoir entre des personnages pour la passion de leur art. 
Comme le dit La liseuse dans son commentaire (
au.fil.de.mes.lectures.over-blog.fr/article-10486511.html) la lenteur peut en repousser plus d'un ... mais cette lenteur ajoute, je trouve, à l'intéret du livre, afin qu'il soit plus réaliste, les protagonistes étant pratiquement tous sous laudanum, qui est une drogue à base de pavot somnifère.

Publié dans Romans francophones

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Messaline 13/11/2007 10:40

Moi aussi je découvre les préraphaélites, je ne suis pas très calée en peinture ...
En tous cas, j'ai été voir ton blog, et j'ai pu voir des portraits de femmes citées dans ce livre, c'est très intéressant !

marie 12/11/2007 22:40

Moi aussi, je découvre ton blog, et ça tombe bien, je viens de "tomber" avec enthousiasme dans les préraphaélites... Je n'ai pas lu Autumn, je l'ai reçu la semaine dernière et je me réjouis d'avance! Merci, bonne soirée et à bientôt !

lamousme 12/11/2007 19:21

bravo pour ce très joli billet qui rends si bien honneur a cette merveille qu'est Autumn!!! :o)))

Messaline 11/11/2007 22:49

Pourtant, il est bien difficile de parler de ce livre !!
Faire une biographie claire et concise est un travail difficile que je me suis épargné.

le commentaire de La liseuse est très bon.

hydromiel 11/11/2007 20:42

Tu en parles très bien en tout les cas.