La cense aux Alouettes, Marie-Paul Armand

Publié le par Messaline

La cense aux alouettes

Mélanie naît, quelques années avant 1900, dans une ferme - ou cense - du nord de la France. Son destin semble tout tracé. Comme sa mère, elle sera fermière. Elle passe une enfance heureuse entre ses parents, son grand-père qui l'adore et son petit frère Georges. Elle grandit en apprenant les travaux des champs, les soins aux animaux de la petite ferme familiale, la fierté du travail bien fait et n'aime pas l'école qui l'arrache à cette nature qu'elle chérit tant.
Mais, en 1914, un mois avant son mariage, la guerre lui ravit son fiancé et le temps des épreuves commence pour elle et marque aussi, dès sa naissance, la vie de sa fille Pauline. Très vite, la fillette subit les brutalités de son beau-père. Mais elle a hérité de Mélanie le caractère courageux des gens du Nord, et réussit, à force de volonté, à trouver sa plénitude.
A travers le très beau portrait de deux femmes du Nord attachantes et émouvantes, fidèles reflets d'une région que Marie-Paul Armand continue à nous raconter pour notre plus grand bonheur, c'est l'évolution de tout un pays à laquelle nous sommes conviés. Nous assistons aux changements subis par le monde rural de l'après-guerre, au début du dépeuplement des campagnes et à la lutte des paysans pour que vivent leurs terres et pour que continuent à chanter les alouettes au-dessus de la ferme de Pauline et de Mélanie.

Ca faisait un moment que je n'avais pas lu un roman de Marie-Paul Armand, et j'y ai retrouvé tout le plaisir de la lecture de ceux que j'ai déjà lus.
Il y a un certain paraléllisme dans ses romans. Tous se passent dans le nord, et tous racontent la vie d'une ou plusieurs femmes, generalement courageuses et dont la vie ne sera pas simple.

Ici, dans la première partie du roman, Mélanie vit heureuse avec ses parents, son grand père et son petit frère Georges. Elle est heureuse, elle rencontre Jean-Pierre, tombe amoureuse, vit son bonheur.
Puis arrive la Première Guerre Mondiale. Le mariage est repoussé, et elle attend désespérement les permissions de Jean-Pierre pour pouvoir passer un peu de temps avec lui ...

Dans la 2eme partie, on suit la vie de pauline, la fille de Mélanie. Sa vie sera un peu plus difficile que celle de sa mère mais le bonheur finira par la rattraper.

Je ne vais pas en dire plus, mais ce que je peux dire c'est que les romans de Marie-Paul Armand sont toujours plein de bons sentiments et ça fait du bien de temps en temps !
J'ai d'autres livres de l'auteur dans ma bibliothèque et je les lirai avec plaisir.

Publié dans Romans francophones

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

messaline 23/10/2008 23:32

Je n'ai jamais lu la Courée, mais j'y songe ! En tous cas, laisse toi tenter par l'auteur, ses romans sont toujours très agréables à lire !

Lene 23/10/2008 21:56

Je n'ai encore jamais lu l'auteur mais j'ai la trilogie de la Courée qui traine dans ma bibliothèque. Tu me donnes envie de découvrir cette auteur :p