L'or des Suédois, Henri Sacchi

Publié le par Messaline

L'OR DES SUEDOIS

Eté 1637. La guerre de Trente Ans qui ravage l’Europe s’étend en Franche-Comté : les Français attaquent depuis la Bourgogne ; les mercenaires suédois déferlent depuis l’Alsace. Pendant plus de deux ans, de Morteau à Saint-Claude, de Lons-le-Saunier à Pontarlier, les armées ne vont laisser derrière elles que des champs brûlés, des bourgades en ruines, et des monceaux de cadavres. Les survivants s’exilent, les loups entrent dans les hameaux abandonnés, la peste rôde…

Torturée, affamée, pillée, la Franche-Comté se meurt. La Franche-Comté est morte. C’est du moins ce que croient les troupes d’occupation. Pourtant, surgis du fond des grottes où ils se sont terrés, des spectres se dressent et commencent à rendre coup pour coup.

Jacques Fulgent, un colporteur lorrain, entraîne dans son sillage une bande de partisans qui mène la vie dure à l’occupant. À ses côtés, la belle Eléonore de Saint-Bénigne devient l’âme de la résistance.

De chevauchées en embuscades, les Comtois suppliciés partent à la reconquête de leur terre, et du fabuleux butin que les envahisseurs ont volé à tout un peuple.


Il y a quelques jours, Loba (dont vous trouverez sur mon blog, l'url du sien) parlait de reprendre l'étude des peuples de sa région, en l'occurrence les cathares. Celà m'a donné l'envie d'étudier un peu l'histoire du mien, et justement, mes parents avaient laissé chez moi ce livre, "L'Or des Suédois", qui raconte une partie de l'histoire, en l'occurrence la partie franc-comtoise de la Guerre de Trente ans.

Pour reprendre un peu le contexte, nous sommes en 1637, comme le dit la 4eme de couverture. A cette époque, la Franche-Comté vit paisible sous l'occupation Espagnole. Je n'ai pas encore réussi à trouver le pourquoi de cette occupation Espagnole, mais je continuerai de chercher.
En 1635, Richelieu déclare la guerre à l'Espagne, et donc, veut récupérer les provinces occupées, dont la Franche-Comté.

*****

Lorsque débute le roman, les personnages décrits sont heureux. La Comté est une province heureuse, neutre, et donc, ne craint pas la Guerre qui sévit en France actuellement. Cependant, lorsque Richelieu déclare la Guerre à l'espagne, les troupes francaises approchent.
Les Molain sont une famile heureuse. Un jour, un colporteur lorrain arrive. Il se nomme Jacques Fulgent. Comme un roman ne peut se dérouler sans histoire d'amour, lui et la fille des Molain, Catherine, ne tarderont pas à tomber amoureux.
Hélàs, la guerre n'est pas une période propice aux amours.

Le roman décrit bien les étapes.
L'invasion des francais : les francs-comtois ne sont pas assez nombreux, pas assez armés. Ils sont contraints de se replier, d'abandonner leurs fermes. Les ennemiss'installent dans les forts et citadelles, notemment au fort de Joux, saccagent et brulent tout sur leur passage. La famine et la peste achèvent ceux qui n'auront pas pu s'échapper.

Puis la détermination des occupés : Jacques, accompagnés de quelques paysans qui n'acceptent pas l'intrusion, créent une "armée" afin de chasser les français.
Ils connaitront de dures batailles, perdront beaucoup d'hommes. Ils s'allieront avec d'autres groupes formés d'autres francs-comtois et lorrains.
Un jour, la paix reviendra.

Le récit romanisé est cependant très réaliste. Il est très bien écrit, et donne envie d'en savoir plus.
Pour finir, je citerais juste un passage d'un site que je viens de trouver sur le sujet ou ils donnent quelques conséquences de cette Guerre de Dix Ans :

Après la guerre de Dix Ans, la situation est apocalyptique. La guerre, la peste et la famine ont ruinées la Franche-Comté. Villes incendiées, 70 châteaux brûlés, 150 villages qui ont disparu, femmes violées, vieillards brûlés vifs, des morts par milliers. Toutes l'économie et la démographie de la Franche-Comté se trouvent bouleversées. L'agriculture doit repartir à zéro : le bétail est mort, les labours et les semailles n'ont pas été faits, les paysans sont partis dans les villes ou à l'étranger. La perte démographique est également très importante. Le recensement de 1614 donnait une population voisinant entre 405 000 et 410 000 personnes ; celui de 1657 indique qu'il y avait environ 215 000 habitants en Franche-Comté. Une différence de quelque 200 000 personnes ! On peut estimer que les deux tiers des Comtois sont morts pendant la période de la guerre de Dix Ans. C'est une dimension d'épouvante, aussi bien en Franche-Comté qu'en Europe.

http://www.frasne.net/histoire/histoire_guerre_dix_ans.htm

Pour ceux qui ne connaissent pas bien la région, sachez que la Franche-Comté est devenue francaise en 1678.

Publié dans Romans historiques

Commenter cet article