Les lumières de Bullet Park, de John Cheever

Publié le par Messaline

 

bullet-park.jpg

 Voilà un roman qui me laisse assez partagée et perplexe.

 

J'avoue que les critères qui m'ont fait acheter ce livre sont :

 

- la couverture (famille modèle des années 60)

- ça se passe aux USA

- le résumé dément la notion de "rêve américain".

 

Mais pourquoi voulais-je lire un livre qui dément cette notion alors que je ne rêve que d'une chose, c'est de retourner aux Etats-Unis ??

:)

 

Bon, il faut bien dire que le rêve américain n'existe pas. Je me demandais bien ce qu'ils croyaient tous, à vouloir avoir une vie merveilleuse là-bas alors que c'est pas mieux que  n'importe ou ailleurs ... et même pire peut-être. Enfin c'est une opinion qui se défend, mais si j'attends avec impatience de passer mes vacances n'importe où en amérique, je ne rêve pas du tout d'y vivre. Ou alors il faudrait que j'aie hérité d'une fortune, et que je sois "hors système".

 

On dit de la vie parisienne "metro-boulot-dodo" ... Mais c'est pire dans cette petite ville américaine qu'est Bullet Park, alors que ça parait le paradis. Les petits pavillons, la pelouse autour de la maison, papa qui tond la pelouse le dimanche pendant que maman prépare un gateau ... et les enfants qui tombent en dépression ...

 

C'est un peu ce qu'il se passe dans ce roman, composé de 2 parties principales. La première décrit la vie et les malheurs de la famille Nailles. Papa travaille beaucoup, il part tôt le matin pour aller travailler à New York, et maman est la parfaite petite épouse. Sauf que leur fils pète un boulon et tombe en dépression pendant des mois.

 

La deuxième partie raconte la vie plus ou moins bizarre de Hammer. Marié, puis célibataire, puis voisin de Nailles.

 

Enfin une minuscule 3eme partie relie les 2 premières parties.

Nailles et Hammer. Clous et marteau. Bizarre, non ?

Qui enfoncera qui ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 Voilà, en illustration à ce roman, je pense sérieusement à aller voir l'expo "le rêve américain" de Duane Hanson. J'ai furtivement vu une affiche dans le métro en passant.

 

L'expo dure jusqu'au 15 aout, donc je pense que ça sera pour samedi, je ne pense pas avoir le courage après le travail.

 

 

 

 

 

reve-americain.jpg

 

Bon, voilà, j'ai été voir l'expo. Franchement, malgré le fait qu'il y avait très peu de sculptures et donc, que c'était très rapide, j'ai vraiment aimé.

 

C'est complètement représentatif de l'antithèse du rêve américain, et c'est ce qui est intéressant ici.

 

Duane Hanson est américain et il voit la vie là bas. Ce n'est pas du tout ce qu'on imagine, nous autres européens. On imagine la ruée vers l'or, la découverte de la grande civilisation, la course vers la fortune ...

 

Les personnages qu'il représente dans l'expo ne sont finalement que des gens qui luttent tous les jours pour payer leurs factures, élever leurs enfants dans des conditions acceptables, et qui ne rêvent plus du tout ...

 

Un détail intéressant : pratiquement tous ont le regard proche du sol, comme s'ils étaient lassés, comme s'ils n'avaient plus d'espoir. Sauf les jeunes représentés, mais finalement, on se doute bien qu'ils finiront comme leurs parents ...

 IMG_1484.jpg

Photo iphone 633

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo-iphone-779.jpgPhoto-iphone-756.jpg

Publié dans Romans américains

Commenter cet article